LES CONFLITS SOURCE DE SOUFFRANCE

Article (30/01/2018) de l'EXPRESS L'ENTREPRISE Les conflits et le burn out, principales sources de souffrance au travail

Paris, 29 jan 2018 - L'épuisement professionnel et les conflits avec les collègues sont les principaux facteurs de souffrance au travail, selon une étude de la plateforme d'écoute Pros-consulte rendue publique lundi.

Ce baromètre, réalisé pour la première fois, a analysé les motifs de plus de 17.000 appels (7.000 en 2016, 10.000 en 2017) en s'appuyant sur une typologie élaborée par l'Anact (Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail). 

En 2017, les problématiques relationnelles étaient la première source de souffrance au travail (28,5% des appels): les conflits avec la hiérarchie représentent 12,5% des appels, ceux avec les collègues 5,8%. Le ressenti de harcèlement par la hiérarchie génère 3,9% des appels (1,5% pour le ressenti de harcèlement par les collègues).

Les conflits avec le public extérieur à l'entreprise, comme des agressions ou des incivilités, sont évoqués pour 4,8% des appels.  

Le burn-out représente également une part importante de la souffrance au travail: en 2017, 2.168 appels avaient pour motif l'épuisement professionnel, soit 21,3% (contre 20,8% en 2016).

D'autres motifs sont plutôt liés à l'organisation du travail: anxiété liée aux réorganisations (6,4%, soit 650 appels), isolement (1,5%). Le manque de reconnaissance est également en jeu dans 5,7% des appels. 

Enfin, environ un quart des appels (23,4%) sont motivés par des difficultés personnelles ayant des répercussions sur le travail du salarié (deuil, problèmes financiers...).

La moyenne d'âge des appelants est d'environ 46 ans, et 76% d'entre eux sont des femmes. Les techniciens et agents représentent 58% des personnes ayant utilisé ce service, contre 32% de cadres. 


Article (30/01/2018) de l'EXPRESS L'ENTREPRISE

--------------
Lors de rencontres pour la présentation de mon livre, les personnes me font part de problèmes au travail et n'osent pas en prime abord parler de conflit avec les collègues. Lorsque je leur expose les mécanismes de harcèlements qui se mettent en place, elles sortent alors du déni. Derrière ces mécanismes de harcèlement qui touche l'individu et le déstabilise, il y a une peur et une honte de dire ce qui se passe. Les faits sont parfois tellement absurdes que la personne impactée n'arrive plus à réagir. Elle pense être coupable car un environnement culpabilisant s'est mis en place. Le travail avec un psychiatre sur le cognitif permet de chasser cette culpabilisation inhibitrice. La personne aura un énorme travail à faire pour chasser le stress post traumatique qui est souvent lié à ce genre de situation.
Bcath 

Souffrance au travail, la faute au management ? ( L'express L'entreprise )

Cerner le mal-être croissant au travail, telle est l'ambition du documentaire de Jean-Michel Carré, J'ai très mal au travail.

Avec J'ai très mal au travail, Jean-Michel Carré cherche à cerner la montée du " mal-être " au travail, cet " obscur objet de haine et de désir " qui engendre tant de souffrances physiques et morales.  

Un management de plus en plus oppressant

Le film fait apparaître le durcissement des pratiques managériales. Certaines entreprises n'hésitent pas à demander à leurs managers d'instaurer la peur et d'encourager l'individualisme. 

Dans un tel contexte, que dire des séminaires sportifs de cohésion qui se développent à foison ? Une pratique censée souder les équipes selon les uns, visant à instaurer l'esprit de compétition selon les autres. Des séminaires qui parfois empiètent insidieusement sur la vie privée. Sous prétexte que la formation a lieu le lundi dans une station des Alpes, les salariés sont " invités " à venir à partir du samedi. Quid du week-end, normalement réservé à la sphère intime ? 

On est désormais dans le " TTU " (très très urgent). Cette mention accompagne aujourd'hui de nombreux mails, obligeant les salariés à travailler constamment dans l'urgence. Une pratique courante qui place les salariés sous tension permanente. 

Frustrations et sentiment d'échec

Le mal être au travail n'est pas l'apanage des ouvriers et des professions sous qualifiées. Les cadres sont aussi touchés. "Dans les grandes entreprises, s'il y a une liberté d'initiative apparemment attendue des salariés, les moyens ne sont pas donnés pour l'assumer. La direction attribue un budget. Si le projet n'est pas réalisable, il leur est répondu imperturbablement : "Voilà votre budget? Débrouillez-vous". Frustrations, sentiment de l'impossible et de l'échec probable", explique le réalisateur. Mais leur stress est moins visible. Comme le confie un cadre d'une multinationale, " on ne peut pas renvoyer l'image d'une personne stressée et fatiguée, cela pénalise notre notation. Alors, la plupart d'entre nous carbure au café et aux cigarettes pour tenir. D?autres recourent même aux drogues illégales "  

Si le malheur est associé au travail c'est justement parce que ce dernier est une condition essentielle du bonheur. En effet, dans une étude de l'Insee menée auprès de 6 000 personnes, le travail arrive en deuxième position comme condition du bonheur, après la santé mais avant la famille, l'argent et l'amour. Le monde du travail se déshumanise de plus en plus entraînant souffrances et frustrations chez les salariés qui attentent au contraire de la reconnaissance sur la qualité de leur travail, une rétribution morale essentielle. Preuve en est qu'ils placent la notion de travail avant l'argent comme condition d'épanouissement.  

Etre malheureux au travail a des conséquences dramatiques sur l'individu. " Si les spécialistes affirment que le travail contribue à la structuration psychique de tout individu, le flux des patients qu'ils retrouvent dans leurs consultations confirme un état de souffrance de plus en plus important, preuve que les exigences à l'égard des salariés n'ont aujourd?hui plus de limites ", souligne Jean-Michel Carré. C?est généralement le corps qui donne le signal d'alarme : eczéma, insomnies, alertes cardiaques, ulcères? sont les conséquences physiques d'une détresse morale.

Dans un tel contexte, que dire des séminaires sportifs de cohésion qui se développent à foison ? Une pratique censée souder les équipes selon les uns, visant à instaurer l'esprit de compétition selon les autres. Des séminaires qui parfois empiètent insidieusement sur la vie privée. Sous prétexte que la formation a lieu le lundi dans une station des Alpes, les salariés sont " invités " à venir à partir du samedi. Quid du week-end, normalement réservé à la sphère intime ? 

On est désormais dans le " TTU " (très très urgent). Cette mention accompagne aujourd'hui de nombreux mails, obligeant les salariés à travailler constamment dans l'urgence. Une pratique courante qui place les salariés sous tension permanente. 

La souffrance au travail en chiffres*

> En dix ans, les troubles musculo-squelettiques sont passés de 1 000 à 35 000 par an.
> En 2005, il y a eu 760 000 accidents du travail en France. Deux personnes par jour meurent dans des accidents du travail.
> Deux millions de salariés subissent du harcèlement mental et des maltraitances, 500 000 sont victimes de harcèlements sexuels.
> Le coût annuel des accidents du travail, des maladies professionnelles et de la maltraitance s'élève à 70 milliards d'euros pour l'état et les entreprises.
> Sur 5 ans, on a constaté plus de 1 000 tentatives de suicide sur les lieux de travail en France dont 47 % ont été suivies de décès.
> 10 % des dépenses de la sécurité sociale sont directement liées aux maladies professionnelles.
> Eczéma, insomnies, alertes cardiaques, troubles musculo-squelettiques, ulcères, cancers, dépressions, tentatives de suicide sont les conséquences les plus fréquentes des maltraitances sur les lieux de travail.

> Durant la dernière année juridictionnelle, les tribunaux des prud?hommes ont traité 250 000 litiges.
*Chiffres fournis par le ministère du travail 

Jean-Michel Carré signe là un film riche, alternant témoignages de salariés et de chercheurs (psychanalystes, économistes, sociologues, politologues?) et spots publicitaires, images d'actualité et extraits de films satiriques. Des mots " choc " qui permettent de prendre conscience d'un profond malaise au travail. Si le film soulève de vrais problèmes, les alternatives restent à trouver.  

 

 

Société en crise

Les comportements sur les lieux de travail sont révélateurs d'une société en crise. Tout comme en temps de guerre des individus vont aller au-delà de ce qui est attendu. C'est à dire qu'ils vont trouver une légitimité à leurs comportements et un soutien non proclamé.

Bcath

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 13/07/2018