POEMES

Un matin au réveil

Danse l'ennui, danse l'envie
sur les désirs de nos saintes nuits
un arc en ciel illuminé
tisse un pont entre nos deux cœurs gelés
Danse l'envie, danse l'ennui
sur nos souffles évaporés
les nuages gris survolent nos âmes
bientôt la pluie aura balayé nos larmes
Danse l'ennui, danse l'envie
sur le chemin de la vie
BCATH

J'apprends, j'apprends
j'apprends quoi ?
Je ne sais plus quoi
Mais j'apprends
BCATH

Quand l'esprit se lache, se détache
S'envole
S'affole
Vois-tu pointer cette liberté?
Exacerbée
Après la tempête, l'acalmie
La vie
BCATH

A une amie décédée

Une colombe s'est envolée, elle est partie pour un voyage sans fin
Derrière Elle, elle a laissé  un océan d'amour et de gentillesse.
Ses rires, ses paroles ne se feront plus entendre. Ils résonneront à jamais comme un écho.
Je suis triste de savoir que je ne pourrais plus voir cette amie dont le rayonnement  me réchauffait le coeur.
Même si la mort fait partie de notre destinée et qu'elle est l'aboutissement d'une vie, elle reste une épreuve pour ceux qui restent.
Une fois la douleur surmontée, rejailliront les moments inoubliables passés à tes cotés. Ta présence flottera dans les airs pour nous envelopper d'un manteau d'harmonie et de bien-être.
Au revoir belle colombe de paix
BCATH

 

Chamonix zermatt avril2008 001

Le train de la vie

Le train de la vie

La vie est un train où chaque passager descend à l’arrêt de leur destination éternelle.

01/05/2020, il est deux heures du matin lorsque je me réveille le cœur en peine. Il y a des êtres guérisseurs qui s’installent dans notre vie, en douceur, en catimini. Accros, tu es venue vers moi à un moment où ma vie a été fracassée. Assise sur une marche de l’escalier de mon jardin, que tu avais investi, durant mon absence, depuis des années, d’une présence discrète, tu as osé m’approcher, toi si sauvage. Tu avais, aussi, subi un trauma. Certes, cela n’avait pas été volontaire de la part de tes anciens maîtres. Parfois les êtres humains pensent bien faire les choses. Parfois, ils ne réfléchissent pas, pris dans leur tourbillon, coincés dans leurs obligations, leurs peurs et leurs restrictions. Parfois, ils ne sentent pas, ils ne comprennent pas. Parfois, ils ne savent pas. Ils vous traitent comme un « animal » entrainant la peur et la panique alors qu’ils vous aiment. Grand paradoxe de l’humanité. Ton approche a été délicate. De jour en jour tu t’aventurais un peu plus vers ton nouveau foyer. Une patte hésitante, tu l’as posée sur le carrelage de la salle à manger, puis tu te ravisais. Je t’encourageais, sans contraintes, te facilitant l’accès. Sans intrusion de ma part dans ton avancée qui, de jour en jour, se faisait plus gaillarde. Je t’encourageais en te laissant de la nourriture à proximité et en ne cherchant jamais à te contraindre. Tu étais libre de tes choix dans ta recherche de sérénité.

--------------------   Ceci est le début d’une nouvelle que j’ai écrit, dédiée à Accros, une chatte extraordinaire…….

Bcath

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 06/05/2020